Contrairement à Cro magnon, nous sommes capables de nous mettre dans un état de stress intense, en toute sécurité, dans le confort de notre maison, juste en pensant à nos problèmes : problèmes de boulot, soucis financiers, conflit de famille ou de couple… etc.

Alors que Cro magnon réagissait à un danger externe, et imminent, nous les humains évolués sommes en mesure de percevoir comme menaçante une simple pensée, même projetée ou imaginaire. Ce n’est pas tant l’objectivité de la situation qui nous stresse, mais le sens que nous lui accordons.

Ainsi pour certains, un trajet en avion représente un manque de contrôle insupportable de la situation, donc hautement stressant alors que pour d’autres il s’agit d’une expérience totalement anodine.

Sans entrer dans le détail des découvertes en neurosciences, il a été démontré que nos aires cérébrales évoluées (et pensantes) actionnent en interne la partie de cerveau plus archaïque (cerveau reptilien) déclencheur d’alerte. La réponse physiologique reste identique à celle provoquée par une attaque de mammouths…

…sauf que là, c’est votre boss qui vient d’émettre une critique sur votre travail (pas de vous menacer de mort) : vous n’allez quand même pas partir en courant ou lui décocher une droite en pleine figure ou encore faire le mort jusqu’à ce qu’il passe son chemin. C’est pourtant ce que va vous conseiller votre cerveau reptilien. Nous touchons là un premier problème du stress à l’aire moderne :Dans 90% des cas,le stress n’est pas adapté à la situation. Alors que nous avons besoin de notre plein potentiel pour nous adapter, réfléchir, créer, innover, communiquer efficacement… le stress ne connaît que trois programmes (primitifs) : la fuite, l’attaque ou l’inhibition. Rester sur ce mode revient à convoquer Cro magnon pour résoudre nos problèmes actuels… Il court vite, il frappe fort, mais ne maitrise pas nos nouveaux codes.

 

Un des objectifs de la gestion du stress va être d’utiliser d’autres modes cérébraux pour faire face aux situations. Le second problème que pose le stress moderne, c’est que si nous n’apprenons pas à le gérer, ça ne s’arrête jamais. Puisque la source est interne, nous n’y échappons pas aussi facilement. C’est pour cela, que le stress professionnel ne cesse pas toujours en dehors des heures de travail. Notre physiologie n’est cependant pas prévue pour vivre le stress en continu, ce qui nous amène à la partie suivante : les symptômes du stress.